Archives de catégorie : Uncategorized

Vision d’un chamanisme actuel en Mongolie

Vision d’un chamanisme actuel en Mongolie

Article de :  Sophia

Pour les mongols il existe 3 types de chaman

  • Chaman blanc : C’est un chaman qui a des pouvoirs de guérison
  • Chaman noir : En plus des pouvoirs de guérison, ce chaman a le pouvoir de libérer les gens
    de « malédiction, mauvais sorts », mais cela suppose aussi qu’il a la capacité d’en créer lui-
    même.
  • Chaman rouge (aussi appelé chaman jaune) : C’est un chaman qui utilise aussi des pratiques
    bouddhistes.

Lieu de vie des chamans

Les chamans que j’ai pu rencontrer vivent aussi bien en ville que dans la nature. Dans ce dernier cas, ils peuvent habiter dans une maison en bois, une yourte ou un tipi. Ils ne sont plus forcément nomades. Ils ont une vie de famille « comme tout un chacun ».

Qui est chaman

Shaman-Chuluujai

Quelqu’un qui a « hérité » de ce pouvoir par sa lignée de sang – ou quelqu’un qui a été choisi par un Esprit chamanique. La personne peut découvrir qu’elle est chamane très jeune ou une fois devenue adulte. Si la personne n’entend pas « l’appel de son Esprit », il peut être trop tard quand elle comprend qu’elle a des pouvoirs chamaniques, son Esprit pourra s’être déjà éloignée d’elle et ne voudra plus travailler.

Pour de nombreux chamans de traditions diverses « être chaman » n’est pas une sinécure, un
cadeau de la vie, mais une responsabilité lourde et exigeante qui demande, entre autre, une
hygiène de vie et un respect de ses engagements. La vie d’un chaman n’étant pas facile et bien
souvent jalonnée d’épreuves, ils aimeraient qu’il en soit autrement, parfois ils rejettent même
cette fonction, jusqu’à ce que les épreuves de la vie ne leur « laissent pas le choix » . Il arrive
que l’Esprit chamanique auquel le chaman est relié « soit gentil » et qu’il laisse le choix à la personne d’assumer ou non cette fonction. Mais s’il ne lui laisse pas le choix, tant que la personne refusera, elle-même ou son entourage pourra vivre des épreuves importantes, voir traverser des maladies graves.

J’ai entendu une chamane mongole dire à certaines personnes « ton Esprit est gentil car il te
laisse le choix de te connecter ou non à lui et donc de suivre ta voie chamanique ou non »…
et dire à d’autres « tu es malade parce que tu ne travailles pas avec ton Esprit et il est
mécontent de cela »…

Cela ne nous appartient pas de décider « d’être ou pas chaman – d’avoir ou pas des dons ».
Le chemin chamanique et spirituel dans tous les cas, est un chemin d’HUMILITE. Parfois il
nous est difficile d’entendre que notre égo voudrait « autre chose » que ce que notre SOI a
choisi pour nous. Plus j’avance sur ce chemin et plus ceci devient une conviction qui se
confirme : ON NE DEVIENT PAS CHAMAN, ON NE LE DECIDE PAS. Par contre OUI, quand on
l’est, on se doit de SE FAIRE INITIER pour apprendre ce qui est un chemin de vie, le chemin
de toute une vie… plusieurs sans doute !

Lieu et moment des cérémonies

Les chamans qui vivent dans la nature, ont bien souvent un lieu spécifique pour leurs cérémonies et offrandes aux Esprits. Ce lieu de nature peut être à plusieurs kilomètres de chez eux. Il aura bien sûr été choisi en accord avec les Esprits et se révèle être un lieu vibratoire puissant. Il arrive que plusieurs chamans officient sur le même lieu, mais ils ont souvent chacun leur lieu de cérémonies.Certains chamans effectuent leurs cérémonies uniquement la nuit car leurs Esprits ne veulent/peuvent travailler à la lumière du jour. Ainsi en Mongolie intérieure, un chaman mongol m’a expliqué que c’était les conséquences des persécutions/interdictions qu’ils avaient subies et qui les avaient amenés à pratiquer en secret durant longtemps.

 

Questionner un chaman

Un visionnaire comme le chaman peut avoir accès à toutes sortes d’informations sur vous. La
question donne non seulement « une sorte d’autorisation » au chaman pour lire cet invisible
pour vous, mais surtout cela donne l’orientation de sa demande aux Esprits, en fonction de
votre propre demande.
Les réponses qui sont données par les Esprits ne sont pas forcément celles que l’on aimerait
entendre ! Mais le rôle du chaman n’est pas de vous faire plaisir, mais de vous dire « ce qui
est, ce qu’il reçoit. Que vous soyez près à l’entendre ou non » ! Il ne s’agit donc absolument
pas d’une consultation psychothérapeutique et les informations peuvent parfois sembler
abruptes, inattendues ou dérangeantes.

Soin chamanique

Le chaman se doit de dire au consultant lorsqu’il pense que le problème ou la question ne
relève pas de ses compétences de chaman ou de ses capacités chamaniques ! S’il faisait
« un faux soin » pour satisfaire le consultant, il pourrait se mettre en danger lui-même ainsi
que sa famille.
Un chaman n’est pas un magicien. S’il est initié traditionnellement, toute question d’ordre
uniquement médicale, psychologique ou psycho-émotionnelle ne sera pas de son ressort.
Par contre il saura vous dire si en effet votre problème/ blocage est lié ou non à un sort, une
entité, un mécontentement des Esprits….
Chaque chaman a sa propre médecine, ce qui veut dire que tous ne peuvent soigner les
mêmes choses, ni mêmes voir les mêmes choses… ce qui peut sembler déroutant aux esprits
cartésiens. Certains sont des guérisseurs avec le pouvoir de « guérir » certains symptômes ou
maladies. Ils ont le pouvoir « d’extraire le mal » car ils ne guérissent pas au sens où la
médecine occidentale le conçoit.

Costume de cérémonies

En cérémonies, la plupart d’entre eux portent un costume chamanique qui, bien souvent, est lourd.
Le chaman pourra avoir un ou des assistants qui l’aideront à enfiler et retirer son costume (costume qui peut se composer simplement d’un vêtement ou aussi une coiffe, voir des bottes). Ces costumes n’ont aucune fonction théâtrale. Ils ont un rôle important à la fois de protection et de « facilitateur » pour la transe. Ils peuvent être en peau d’animal ou en tissu avec ou sans objets métalliques et/ou sonores fixés sur le costume. Comme pour le tambour, seul le chaman ou ses assistants touchent ce costume qui est personnel et unique. Il portera les attributs choisis par l’Esprit du chaman.

Tambour chamanique

Le tambour chamanique mongol peut être circulaire mais « composé » de 18 faces juxtaposées pour créer ce cercle. Souvent y sont accrochées des objets métalliques qui servent à protéger le chaman ou à appeler les Esprits (objets sonores) ou sont des réceptacles pour les Esprits. Ce type de tambour
est généralement utilisé avec une batte en bois. Elle peut être légèrement incurvée et recouverte de la peau (avec les poils) d’un animal particulier. Certains chamans utilisent un tambour beaucoup plus plat et léger qui se tient par un manche.
De la même façon, certains chamans utilisent une guimbarde ou une cloche et d’autres non.  Pour les cultures chamaniques traditionnelles mongoles, il est inconcevable que quelqu’un qui n’estpas chaman, prétende utiliser un tambour. Leur vision est, que dans ce cas la personne « utilise son tambour comme un instrument de musique et qu’il n’a donc rien de chamanique ». Il est rare (voir impensable dans certaines traditions, dont la tradition chamanique mongole) que quelqu’un d’autre que le chaman touche son tambour ; ou bien que deux chamans utilisent leur tambour en même temps, dans un même espace. De même que les mongols ne conçoivent pas qu’une personne qui a un tambour dit « chamanique » ne prenne pas soin de son tambour et le pose « n’importe où », en particulier à même le sol. Il doit être posé au moins sur un tissu ou un tapis pour ne pas absorber les énergies du monde d’en bas (monde dans lequel sont les âmes errantes). J’ai vu des chamans d’autres traditions (amérindiennes par exemple) réagir différemment à l’utilisation d’un tambour par « un non chaman ». Par contre tous sont très choqués quand tout objet de pouvoir n’est pas traité avec respect, quand nous ne nourrissons ni ne remercions pas les Esprits alors que nous prétendons leur « demander de l’aide ».

S’adresser à l’Invisible

TOUS les chamans que j’ai rencontré, dans toutes les traditions, prennent très au sérieux la
façon dont on s’adresse aux Esprits, comment on les remercie, quand, comment le faire et
qui peut le faire. Les Plans de l’Invisible ne se contrôlent pas comme on veut, et c’est tant
mieux !
Un chaman, en Mongolie m’a dit « les Esprits, chez vous, ils sont gentils, chez nous, on ne
joue pas avec eux car on sait que la punition peut être terrible ».
Ce sont des paroles de Sagesse qui invite dans tous les cas « à ne pas faire n’importe quoi
avec eux ».
D’où la nécessité de SE FAIRE INITIER.

La Chacana : La croix andine

La CHACANA
La croix andine

Chacana de 3 niveaux (la plus commune)

Introduction
Les maîtres et initiateurs des Andes ne se sont pas limités au nombre 3, à la chacana de 3 niveaux ; ils eurent une projection cosmique, depuis l’unité où ils se trouvaient. C’est ainsi que le nombre 3 est devenu le plus populaire et didactique afin que ces codes soient accessibles au peuple. Au sein de cercles hermétiques ils travaillèrent avec le nombre 1 et toutes ses projections possibles, ces projections allant du 1 au 7 ; ce qui fut établit
dans leurs temples, palais et instruments cérémonials de haut niveau.
L’Univers est comme une grande toile d’araignée où tout communique dans toutes les directions ; l’Esprit ne peut être enfermé dans aucune forme ni direction. Avec les chacanas nous découvrons le monde magique du Peuple du Soleil.

1. La chacana de DEUX niveaux
On la trouve dans toutes les céramiques, textiles, orfèvrerie, etc…. Sa représentation la plus belle est au Temple du Puma Punku. Les 2 niveaux créés par les bras représentent la conception de la polarité : les opposés en équilibre et projection à l’infini ; le bras horizontal représente l’arquétype féminin ; le bras vertical identifie l’arquétype masculin, la force du ciel
qui fertilise, qui laisse les semences pour que la mère les fait croître dans la terre. Cette chacana résume les forces du cosmos dans son expression d’équilibre ; c’est la manifestation des complémentaires, du concave et du convexe dans l’unité. Dans la cosmovision andine, l’arquétype féminin est représenté, dans notre dimension, par la Pachamama ; et l’arquétype
masculin par la force du Pachatata. Un seul endroit dans les Andes montre de façon solennelle  les connaissances sym oliques du masculin et du féminin : il s’agit de l’île d’AMANTANI au LAC TITICACA, où les Temples, dans leur partie la plus élevée honorent la présence de la Pachamama et du Pachatata.

2. La chacana de TROIS niveaux
On la découvre de façon très diverse dans différents endroits des Andes. Dans la cosmovision andine le monde est divisé en 3 niveaux, qui ont été dénommés de la façon suivante : Hanan Pacha, Kay Pacha et Ucku Pacha ; chacun de ces niveaux est représenté par un animal de pouvoir : le Condor, le Puma et le Serpent.

Le plan inférieur, qui est en relation avec la terre et tout ce qui s’identifie avec elle, c’est le UCKU PACHA qui a le SERPENT comme animal de pouvoir régent. Le Serpent, symboliquement nous enseigne à abandonner le non-nécessaire, à laisser nos vieux vêtements, y compris laisser notre vie quotidienne afin de renaître ; le monde de Ucku Pacha nous montre le chemin de la transmutation et de l’alchimie, ce plan est aussi en relation avec le passé.

Le plan intermédiaire s’appelle KAY PACHA et le PUMA est son animal de pouvoir régent.  Le Puma est l’emblème de l’auto-contrôle, de l’auto-connaissance, de la réalisation personnelle ; c’est l’animal qui nous donne vitalité et force, amplifiant notre perception et notre espace d’action. Ce plan a pour message la vision de « maintenant », du « présent », puisque nous ne pourrons pas grandir ni donner de l’expansion à notre conscience si nous ne
comprenons pas l’importance transcendantale du « présent » qui est la réalité au sein de la vie de l’être humain. Cet instant, « l’éternel maintenant », est ce qui est. En pratique nous ne pouvons réaliser notre vie que dans la dimension actuelle, le présent de notre existence ; 1puisque le passé est ce qui a succédé, et le futur est la chance des possibilités. De telle façon
que la seule chose réelle est le présent, et le Puma, en tant qu’animal de pouvoir, le synthétise d’une manière parfaite ; le Puma est l’Être Solitaire, comme notre Esprit : nous arrivons dans ce monde seuls et seuls nous en repartirons. Et enfin, avec ce symbole ancestral de 3 niveaux, nous avons le plan qui couronne cette projection, le HANAN PACHA, qui a comme animal de pouvoir régent le CONDOR. En définitive, c’est la plus importante représentation dans la hiérarchie du monde andin, et nécessairement la conséquence du 1 er et du second plan. Le Condor représente la dimension
de l’Esprit et de l’Univers, de ce qui se reflète en lui ; c’est ce qui est au-dessus de l’expérience humaine. Le plan supérieur du Hanan Pacha nous montre l’infini du ciel, ce qui le maintient en équilibre au-delà de la compréhension de l’homme. Le Condor, en tant qu’oiseau de Pouvoir, projette les volontés de l’humanité pour tous les possibles de la vie ; à travers le Condor rayonne le futur. Le message transcendantale du Condor nous enseigne à alchimiser nos vies, à nous orienter au-dessus (au-delà) des apparences, il nous enseigne que c’est seulement avec une grande volonté que nous arriverons à ce que les systèmes de notre monde perdurent. La majestuosité du vol planant du Condor est la porte ouverte pour libérer notre âme afin de rencontrer à nouveau le Divin.
Il faut naître comme le Serpent, pour suivre l’auto-connaissance du Puma et ainsi atteindre la dimension du Condor.

3. La chacana de QUATRE niveaux
Elle enseigne que connaître l’homme, c’est connaître l’univers dans sa projection vers le Cosmos. Le sage andin a trouvé qu’il y a 4 directions, et que celles-ci l’amenèrent à découvrir de grands mystères Nommer les points cardinaux c’est reconnaître l’expression de notre réalité immédiate ; peut-être est-ce pour cette raison que la connaissance des coordonnées terrestres fût le savoir de tous les grands  peuples du monde. Dans les Andes, nous trouvons les preuves de ces coordonnées implantées dans les temples et palais ; si les croix carrées nous
indiquent par nature, la distribution des espaces cardinales, c’est la chacana de 4 niveaux qui le rend plus évident. Dans la vie, il ne suffit pas de s’interroger sur la polarité, ni de reconnaître les animaux de pouvoir ; il s’agit aussi de connaître la relation de tout cela avec l’univers qui nous entoure, et ainsi tous ces arquétypes auront leurs fonctions lorsque nous leur permettront de suivre leur chemin et aux points cardinaux nous trouveront la maison ou le temple qui nous recevra. En lui-même le nombre 4 nous met directement en relation avec les 4 éléments : la terre, l’air, l’eau et le feu.
Les directions nous mettent en évidence le Sud, l’Ouest, le Nord et l’Est. Et si avec la chacana de 3 niveaux nous avons reconnu la présence des 3 animaux de Pouvoir, ici nous en avons 2 de plus, qui furent présents dans la vie de l’homme andin depuis des millénaires.
Au Sud nous trouvons le monde des camélidés sud-américains. Dans la cosmovision andine a même été identifiée une constellation qui se réfère à cet animal de Pouvoir : le Catachillay ou Llamacnawin (le LAMA). Il représente la prospérité.
A l’Ouest nous trouvons le chemin suivi par le Grand Mayu Céleste, qui suit la voie où le soleil se cache ; c’est le règne du SERPENT COSMIQUE. Il représente la transmutation : la venue de nouvelles opportunités au jour prochain.
Au Nord nous trouvons Kori Qente, ou COLIBRI DORE, oiseau qui transcende les frontières et que l’on peut trouver à son état naturel du nord jusqu’au sud. Il représente l’amour inconditionnel.
Enfin, l’Est qui est le lieu de lever du soleil, représente le règne du Kuntur ou CONDOR SACRE. Il représente la liberté et le Pouvoir.

4. La chacana de CINQ niveaux
C’est le chemin de l’auto-connaissance, que le sage convoite ; durant la recherche du maître andin il a déjà trouvé les différents plans d’existence, il a déjà crée sa cosmovision, il est temps pour lui de découvrir sa propre réalité. La chacana de 5 niveaux est le symbole initiatique qui l’amènera à faire ce saut quantique afin de rencontrer le grand enseignement ésotérique de tous les temps, qui dit : « connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers ».
Après avoir compris la nécessaire complémentarité de notre vie, pour ascensionner les plans de l’existence et se projeter jusqu’au Cosmos par les 4 chemins, il n’aura pas d’autre alternative que de retourner à lui-même, car seul à l’intérieur de lui-même il trouvera la clarté et la pureté de sa réalité. Le nombre 5 se réfère au monde intérieur, au point d’équilibre, et les
sages Incas modelèrent dans la pierre et le temps des endroits pour ces ouvrages initiatiques, comme par exemple au Machu Picchu (l’Intiwatana).

5. La chacana de SIX niveaux
Après avoir reconnu notre monde intérieur, nous nous autorisons à  ascensionner vers le Cosmos, dans une projection interminable ; parce que l’Univers ne se rencontre pas sur un seul plan ; c’est une projection vers l’infini. C’est ainsi que le nombre 6 nous enseigne que, aussi bien ce qui est en haut que ce qui est en bas, est relatif ; que ce qui est à droite comme ce
qui est à gauche, l’est tout autant. L’infini est ce que nous ne pouvons pas maintenir dans nos mains, c’est ce que nous ne pouvons pas mesurer ; mais c’est ce que nous pouvons projeter dans notre dimension intérieure. Aussitôt que nous avons découvert que dans notre espace intérieur sont contenus les mystères du ciel, nous verrons que le nombre 6 nous impulse vers toutes les directions, non seulement vers les 4 points cardinaux, mais aussi vers le haut, le bas et dans toutes les projections intermédiaires.

6. La chacana de SEPT niveaux
Les grands initiés nous parlent toujours de plans de centres énergétiques qui existent dans notre corps ; les grands sacerdoces de tous les peuples, ont toujours eu une fascination et inclinaison aux cultes de la manifestation lunaire en chacun de ses quartiers, d’une durée de 7 jours ; et nous voyons comment la terre manifeste ces phénomènes naturels : avec la pluie et
le soleil, un Arc en Ciel se forme, prononçant une gamme de 7 couleurs. La chacana de 7 niveaux nous annonce la communion qui doit exister entre l’être humain et le ciel ; mieux dit nous devons découvrir nos microcosme pour être en équilibre avec le macrocosme. Les connaissances du ciel nous ont annoncées que le nombre 7 est la somme alchimique de la vie de l’homme, et en reconnaissant notre monde intérieur, plus nous réalisons le monde du ciel. L’auto-connaissance nous permet de classer notre expérience humaine, et nous synthétiserons tout en trouvant la quiétude dans l’art de la méditation. C’est à travers des pratiques basées sur le silence intérieur que les grands maîtres du monde ont tissé la grande roue qui connecte à
chaque espace ; dans la méditation ils ont trouvé la clé de la transcendance et ils ont pu travailler les 7 Centre Energétiques de notre Plan Physique, qui est le corps. Ces centres énergétiques en Orient, sont appelés chakras ; le réveil de chacun de ces centres vital est le réveil d’une conscience supérieure ; dans cette conscience il est nécessaire d’étudier les influences de la Lune durant chacun de ses quartiers, il faut connaître le symbolisme et la
magie de l’arc en ciel, afin que, avec prudence et sagesse, nous organisions nos journées et rendions possible les grands moments de transmutation nécessaire à notre croissance.

Traduction de Sophia du livre « Centros de Poder en los Andes – Initiaciones solares»
Centres de Pouvoir dans les Andes –Initiations solaires
de James Arévalo Merejildo – MALKU

Vague de Femmes

La nouvelle forme 2017 des rassemblements de Femmes
aux Saintes-Maries-de-la-Mer…
Vague des Femmes pour la Paix, l’Amour et le Respect de toutes formes de Vie

du 21 au 24 septembre 2017
Avec une nouvelle ampleur car nous appelons toutes les femmes, mères, sœurs, filles et tous les hommes, nos compagnons, pères, frères et fils à marcher pour créer ensemble une grande vague d’espoir qui déferle sur le monde !

Toutes les infos sur le site https://vaguedesfemmesuniverselles.blog/la-vague-2017/

Pokemon Go et Chamanisme : « Les esprits de la nature sont partout autour de nous ! »

Pokemon Go et Chamanisme
« Les esprits de la nature sont partout autour de nous ! »
pokemon-the-pokemon-compagny-pokemon-go

Ils sont là !

Ils sont partout autour de nous ; Pikachu, Bulbizarre, Germignon, Tortipouss, etc… les Pokemons sont partout autour de nous, et même si vous ne les voyez pas, nul doute que vous en avez entendu parler.

Ils sont là !

Ils sont partout autour de nous ; enfants bien sûr, adolescents évidement, adulescents (créature hybride mi-ado mi-adulte qui a du mal devenir adulte), même les adultes qui s’y mettent… par dizaines de millions… alors, tous chasseurs de Pokemons ?

Difficile d’échapper au buzz planétaire organisé, autour de ce jeu, par de grandes sociétés commerciales ; Niantic (filiale de Google) et Nintendo (holding japonaise de jeux vidéo). Toutes les sociétés essayent de faire ce que réussi aujourd’hui « Pokemon Go », à savoir ; une mode surpuissante qui, telle un tsunami, emporte tout sur son passage. Certains y réussissent, d’autres pas !

Qu’est ce qui fait alors un tel succès ?

Pour commencer à répondre à cette question, je vous propose d’abord de faire le rapprochement avec un autre univers qui peut avoir un lien à l’enfance (mais pas uniquement !), au loisir (mais pas uniquement!) et au chamanisme : à savoir, l’univers des contes, des légendes et des mythes :

Certains contes passent à travers les siècles et les cultures alors que d’autres histoires sont aussitôt oubliées une fois racontées… Qu’est ce qui fait la différence ?

On sait l’importance pour les peuples premiers de ces trésors de l’humanité que sont les mythes, contes et légendes. Ils sont partagés par exemple lors des veillées (ancêtres de nos médias) et jouent alors un rôle essentiel dans la transmission des représentations et appréhensions du monde, des codes moraux et des valeurs inhérentes à chaque culture.

Vladimir Propp dans « Morphologie du conte » a montré que tous les contes du monde sont plus ou moins découpés selon un schéma de de 31 séquences. Joseph Campbell affirme quelques années plus tard que tous les mythes suivent les mêmes schémas archétypaux (dont la structure à été reprise depuis avec le succès que l’on sait par Star Wars, Matrix, et Le Seigneur des anneaux !)

Pour le dire autrement et simplement, si un conte, une légende ou un mythe se transmet de génération en génération, c’est qu’il va toucher les archétypes profond de l’humanité !

En gros, l’être humain a des besoins, des manques (besoin de sécurité, de reconnaissance, d’affirmation de son identité, de se libérer de ses angoisses, …) qui l’oblige à se lancer dans des quêtes de l’ordre de l’Être, et l’oblige à aller chercher les réponses au plus profond des sources primaire de satisfaction (la nature, la spiritualité, la qualité des relations humaines, l’amour, etc …)

Pokemon-chamanisme-ratata en ville

Notre société de consommation qui a bien compris cela, sait qu’il suffit de titiller ces besoins, (dont les cartes sont connues) et qu’il suffit alors de détourner la quête vers des réponses de l’ordre de l’Avoir, pour nous vendre ainsi des érsatzs nécessairement insuffisants, donc frustrants. Nous plongeant ainsi dans un consumériste addictif.

Ne soyons pas naïf, les meilleurs jeux vidéo ne sont plus simplement crées par des informaticiens et des graphistes, ils le sont aussi conçu par des spécialistes du cerveau humain, de la psychologie profonde et de la sociologie.

Si on se penche maintenant sur le phénomène Pokemons, force est de constater que c’est la 4ème fois qu’on nous fait le coup, et cela avec toujours plus d’efficacité ! (quand l’imaginaire de l’artiste est aidée par la technologie et est dirigée par l’intelligence des experts en marketing, et en neurosciences ,voilà ce qui arrive).

  • La série de dessins animés « Pokemon » avait déjà eu un immense succès auprès des enfants (il y a 20 ans)
  • A la suite de quoi, les cours des écoles ont été envahies par le merchandising des produits dérivés à savoir les « cartes pokemons » (vendues très cher pour quelques grammes de papiers imprimés, et dont les enfants réclamaient toujours plus de cartes car il manquait toujours des cartes rares …)
  • Puis la technologie entre en scène, et c’est le jeux sur Gameboy (console de jeu portable) qui a fait les beaux jours de la société Nintendo
  • Enfin la 4ème vague, aujourd’hui, plus grande que tout, « Pokémon Go » combine smartphone, géolocalisation et réalité augmenté pour un phénomène de société sans précédent.

Pokemon-chamanisme-ratata en villeA ce stade, rappelons quelques principe de base du jeu « Pokémon Go » :

« Armé » de ton smartphone, vas, tout autour de toi, de par le monde (en mode GPS), explorer et découvrir les pokemons qui sont cachés (et invisibles à ceux qui n’ont pas la technologie) pour les attraper.
Quand tu as attrapé assez de pokemons, tu peux rejoindre une guilde pour coopérer avec les autres membres de ta guilde pour étendre votre territoire.

Voila pour résumé en quelques lignes le principe du jeu.

On y retrouve d’abord réveillé et sublimé quelques instincts primaires qui sont par ailleurs policés ou canalisés dans notre société :

– l’instinct d’appartenance et l’instinct grégaire puisque nous rejoignons une guilde pour œuvrer ensemble à un même but sous un même étendard (élargir notre territoire)

– l’instinct de compétition belliqueux (pour ne pas dire guerrier) … puisqu’il y a l’autre, l’étranger…à savoir « ceux des autres guildes » (les méchants ?) à vaincre.

Rien de nouveau dans tout cela, le grand barnum du sport show-business passe sont temps a exciter ainsi les masses, en titillant ces instincts, qui peuvent faire passer du supporter, au chauvinisme, du patriotisme au nationalisme plus ou moins agressif !

Pokemon-chamanisme-photo-psykokwakEt pour nous qui sommes engagés sur la voie du chamanisme, nous ne manquerons pas de voir aussi autre chose dans le jeu « pokemon go » :

  • Il réveille et sublime l’instinct archaïque du chasseur-cueilleur qui est enfouis en nous. Il nous propose de traquer, chasser, pourchasser, attraper, ces petits « animaux » que sont les Pokemeons (et certains sont à mi chemin de la plante et de l’animal)
  • Le jeu Pokemon Go nous dit haut et fort que les esprits de la nature sont partout autour de nous et qu’il faut changer notre regard pour les voir !
    Sans le smartphone en l’occurrence, on ne peut pas les voir. Par contre, si on s’y prend correctement (avec le smartphone pour le cas) en mode photo, nous voyons le monde qui nous entoure, et dans le monde qui nous entoure est ajouté, en surimpression, un pokemon qui paraît tout vivant, là devant nous et qui semble nous attendre.C’est pour ainsi dire, le dévoilement du « monde du milieu », cher au chamanisme que reprend le jeu des pokemons. Ainsi, de nombreuses représentations chamaniques dans le monde vont surajouter à notre monde matériel, 3 mondes « invisibles » pour le profane : un « monde du bas » peuplé de forces et d’alliés. Un monde du milieu, le double énergique et éthéré de notre monde physique. Un « monde du haut » peuplé de maîtres et de haute spiritualité.

Par ce jeu et par la juxtaposition de la vision de notre monde matériel et des Pokemons sur-ajoutés sur la même image, c’est un peu comme si la surnature ou le petit peuple (elfes, gnomes et fées) se présentait a nous et que l’on pouvait le voir de nos yeux dans notre environnement immédiat !
(sans passer par la longue initiation de l’apprenti chaman !)

Ce n’est pas un hasard non plus si ce jeu vient de la culture Japonaise. En effet, au Japon l’animisme est encore très présent dans l’inconscient collectif et imprègne encore toute la culture.

Le formidable réalisateur de films d’animation japonais, Hayao Miyazaki, avait déjà rappelé à l’occident de 1000 façons que les esprits de la nature étaient toujours autour de nous (voir dans « Princesse Mononoké ou « le Voyage de Chihiro »).

Force est de constater que lorsqu’ on joue quelques heures à Pokémon Go, que l’on regarde notre environnement autrement ensuite. Qu’on y guette des présences plus ou moins visible. Que l’on n’est plus surpris de croire sentir une présence et que l’apparition d’un trolls ne nous ferait même plus sursauter !

Les constructeurs du jeu ont été jusqu’à adapter les Pokemons avec les lieux où on les trouve, ce qui n’est pas sans nous rappeler l’esprit des lieux . Ainsi ce sont des pokemons différents dans les villes, ou les parcs et les forêts. Et l’on trouve certains Pokemons « d’eau » par exemple, uniquement aux abords des lacs ou des rivières.

Ensuite, nous sommes invités à rejoindre (=promotion ? reconnaissance par nos frères, nos paires, nos pères ? initiés ? ) à rejoindre une des 3 guildes qui se partagent le monde.

En anglais nous aurons le choix de rejoindre les Bravours, les Instincts ou les Mystics. Oui j’ai bien dit « Mystics » !… Mais le mot a fait peur aux traducteurs français qui ne laisse plus le choix qu’aux instinctifs, aux courageux, et à la sagesse (sagesse qui devient alors bien technique et rationnelle, alors qu’ il pourrait s’agir d’une sagesse mystique qui est une bien plus large connaissance).

Dans ce jeu (comme dans d’autres), c’est comme si notre société recyclait ces mythes, ces histoires à raconter à ses enfants. Alors tant qu’à jouer à des jeux devant des écrans, pour une fois, apprécions que la jeunesse sorte de sa chambre, court à travers le monde réel, à la recherche des esprits de la nature ; pour coopérer avec les siens, et tenter de faire avancer dans ce monde la valeur dans laquelle elle c’est reconnue.

Plus tard, il sera peut être intéressant d’observer les autres nouveautés à venir qu’offrira la « réalité augmentée » qui surajoute de plus en plus d’informations et d’images à notre monde dit réel. C’est peut être une merveilleuse façon de réapprendre que le monde est plus que ce que l’on voit, nous rappelant ainsi le concept de la maya (illusion) en Inde ou de la grotte de Platon en Grèce.

Bien sûr, notre société, malade de ses écrans, (qui par définition s’interposent, s’intercalent et font litteralement  écran avec la vraie vie, la vraie relation, l’amour, la nature, et le monde), malade de ses médias (qui est un medium, un entre deux, qui ne devrait que jouer le rôle d’intermédiaire …) croit -ou joue encore à se faire croire-  que les mondes subtils et invisibles, la nature, la surnature, ne sont visibles qu’avec les dernières technologies les plus pointues et les plus couteuses.

Et si au contraire… c’était ces objets, ces technologies, cette société du spectacle, qui faisaient écran ? Et si les anciens, les Grecs ou les peuples premiers, les chamans d’aujourd’hui voyaient depuis longtemps tout cela et vivaient certainement plus au sein de ce monde sur-naturel ?

Le chamanisme c’est alors ce réenchantement du monde libéré de la béquille technologique (Ce peut être utile une béquille quand on souffre d’un handicap, mais cela devient au combien inutile et encombrant quand on en à plus besoin !)

Le film « Avatar » de James Cameron, nous avait déjà rappelé la possibilité, comme les peuples indigènes, de nous reconnecter à une nature riche, vivante, belle, sacrée, habitées de couleurs et d’esprits. Encore une fois Avatar était tombé dans le « technotisme » (si on peut appeler ainsi le culte immodéré de la technologie) en montrant que pour se connecter aux animaux de Pandora, à la nature ou à  l’immense Arbre-des-Ämes, nous avions besoin d’un câble ! (Comme une vulgaire rallonge ou un cable usb d’ordinateur.… image naïve et risible pour qui a déjà été en relation avec la nature, les animaux ou les arbres de façon chamanique).

Mais les indigènes de la planète nature d’Avatar, eux, pouvait se dire en face « Je te vois ! » (sans tous nos artifices et notre technologie bien limitée et encombrante pour cela !). Un « je te vois » qui nous parle de la reconnaissance de l’être profond, du Soi, de l’âme, et peut être, comme dans les Upanishad, un « je te vois » qui serait comme un « Tat Vam Assi » : « Tu es cela ! ». je reconnais que tu es cela , tout cela, et plus encore, enfant du grand tout, des étoiles, esprit dans la matière (cf Ghost in the shell), microcosme au sein du macrocosme, que tu es un autre moi même…

Et combien d’enfants, d’adolescents, d’adultes peuvent ou pourront dire bientôt devant un autre humain, devant un lac, un arbre, une fort, même en ville : « Je te vois ! » ?

Eric Sunfox Marchal
www.les-forges-de-sylva.info

Rencontres sacrée de Femmes Uni-vers-elles aux Saintes-Maries-de-la-mer

Rencontres sacrée de Femmes Uni-vers-elles
aux Saintes-Maries-de-la-mer
du 30 septembre au 2 octobre 2016

saintes-maries-2016-a

Femmes du ciel et de la terre

Réunies par le même Rêve,
Carol, Fabienne et Sophia seront vos guides de l’instant,
chacune co-créatrice et gardienne des énergies en présence,
pour cet appel à oser être sa couleur spécifique
sur le grand tissage de la vie.

Carol Anpo Wi : www.plumesdelaigle.net
Fabienne Gaitté ; www.myspace.com/umalamere
Sophia Clémenceau : www.spirituel.com


Cette rencontre aura lieu le week end
du 30 septembre au 2 octobre 2016
Aux Saintes-Maries-de-la-Mer
sous la bienveillance des 3 Maries
Cette rencontre est exclusivement réservée aux femmes
et aux jeunes filles dès leurs premières Lunes.
Nous vous accueillerons dès le vendredi soir à partir de 17h
avec une soirée conviviale autour d’un feu sacré au Camping
à la ferme des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Les cérémonies débuteront le samedi matin à 10h.
Pioch Badet
Route de Cacharel – D85A


Oh ! Grande Mère,
j’entends ton appel !
Toi la Mère des Mères, la Grande Mère des Origines,
qui nous rassemble toutes, nous rappelle à la Matrice originelle,
nous guide à la rencontre de notre profonde féminité,
nous impulse à oser être notre Vérité,
à exprimer la Femme sauvage dans sa puissance et sa douceur,
son authenticité et sa liberté.
Oh ! Grande Mère, j’entends ton chant !
Nous répondons, en sororité, à ton invitation à rassembler,
sous ta bénédiction, le plus grand nombre de Femmes
pour nourrir la trame de la Vie, la toile de Lumière,
la sororité et notre lien avec toi, Mère Divine,
Mère des Eaux primordiales,
pour célébrer la Vie et les éléments
qui lui donnent force et beauté.


De retour à la Source, la Mère Primordiale, Gardienne du Savoir Ancestral,
nous tend les clés pour ouvrir les Portes du Ciel et de la Terre.
Retrouvons l’Essence Originelle, célébrons sa Danse de reliance
et œuvrons pour la Nouvelle Terre.
En continuité de l’Ensemencement matriciel de la Sainte Baume, cette année,
à travers nos cérémonies, nous vous invitons à honorer les dons fleurissants
de chaque saison de la roue de vie d’une femme.
Nous célébrerons notre lien à la Grande Mère Originelle, dans le partage de rites de passage,
cérémonies, danses et chants, cercle de paroles, procession et création de notre bâton de lunes.
Aho, Nous sommes toutes et tous reliés !


Chacune doit apporter tente, camping-car ou autre, ainsi que de quoi manger. Pour celles qui le souhaiteraient, il est possible de dormir à l’hôtel à 100m (informations dans la lettre d’infos).
Si vous le pouvez, nous vous invitons à arriver le vendredi soir pour profiter de ce moment de partage à cocréer entre vous autour du feu (chants, danses, cercles de paroles…)
Nous avons loué un grand dôme qui nous permettra d’être à l’abri en cas de pluie.
La nuit au camping est à 7 euros.
La participation financière est de 60 euros en espèces du vendredi au dimanche.
Le week-end formant un tout avec un processus évolutif, afin de préserver le cercle sacré et le déroulement des cérémonies, nous réservons cette rencontre aux femmes disponibles au moins le samedi et dimanche inclus. Pour les mêmes motifs sont acceptées uniquement au camping les femmes participant aux cérémonies sans aucun accompagnant (enfants, compagnons)
ni animaux. Quelle que soit la raison, aucune demande de remboursement ne sera acceptée.
En confiance et en co-responsabilité, nous te demandons de t’inscrire pour connaître le nombre de participantes et transmettre à chacune les informations complémentaires.
Nous ne demandons pas d’acompte.
Merci de prévenir Françoise si finalement tu ne venais plus !

Les infos sur : www.spirituel.com ou www.plumesdelaigle.net ou www.chamanisme.fr
Inscription et renseignements : par e-mail de préférence et avant le 31 Août 2016.
Françoise : rf.ee1545163815rf@61154516381502sei1545163815ramse1545163815tnias1545163815
06 74 36 90 08
Merci de préciser pour chaque inscrite :
nom, prénom, e-mail, tél, ville et N° département.
Préciser si vous pensez avoir besoin d’un covoiturage, une liste des demandes et des propositions sera envoyée avec le courrier explicatif fin août/début septembre.

Concert chamanique exceptionnel ; avec Vera Sazhina et Poumi Lescaut : 2 nov. 2015

Bonjour à toutes et tous !
Nous avons le grand plaisir de vous convier à un concert unique
Le lundi 2 novembre 2015 à 20 heures


à l’Institut Longo 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris

(M° Gare de l’Est ou Jacques Bonsergent)

Avec Vera Sazhina et Poumi LescautVERA-SAZHINA-POUMI-LESCAUT

Vera Sazhina est une chamane de Touva (qui touche la Mongolie). Elle joue différents instruments et chante, inspirée par les Esprits, dans différents registres, du sacré au profane.

Poumi Lescaut chanteuse, danseuse, guérisseuse en lien direct avec ses maitres de l’Inde et du Tibet, elle milite pour la paix entre les principales traditions qu’elle donne en concert pour la paix dans le monde.

Nous vous proposons de vivre une expérience et pas seulement d’assister à un concert…La participation aux frais est de 15€.

Le nombre de places étant limité, il est conseillé de réserver vos places en contactant moudouma par mail et en indiquant le nombre de places que vous réservez.

information et reservation par mail en auprès de : moudouma chez sfr . fr

A très bientôt !!!

L’équipe d’organisation


Mon initiation « sexuelle » chez les chamans et autres gurus

Mon initiation « sexuelle » chez les chamans et autres gurus

(clin d’oeil au titre de Corine Sombrun « Mon initiation chez les chamanes »)

Je suis un homme de pouvoir !

Où plutôt, devrais je dire ; je suis un homme dont les fonctions me donne un certain pouvoir.

Sans aller jusqu’au charisme et au sex-appeal d’une rock star, d’un politique ou d’un footballeur, ma position d’accompagnateur (en chamanisme, tantra, yoga et hypnose) peut me donner une mise en lumière et une position valorisante auprès de certaines femmes.

Alors pourquoi cet article ?

Non pour me vanter, mais pour m’adresser à vous : femmes en recherche, en chemin, pratiquantes de développement personnel, chercheuses de bien être, femmes en quête spirituelle, découvreuses de nouveaux mondes, défricheuses et accoucheuses d’avenirs meilleurs pour vous et les autres…

Cet article, simplement, pour vous rappeler que vous n’allez pas manquer de me trouver sur votre chemin. Moi, ou un plus grand, un plus beau, un plus génial que moi. C’est sûr, cela fait partie du processus !

Cet homme dont je vous parle, vous le rencontrerez (si ce n’est déjà fait) dans un atelier, un stage, une cérémonie, un soin, ou un voyage. Son expérience et sa fonction font qu’il a quelques pas d’avance sur vous sur « la voie ». Il vous fait du bien, il vous apprend, il vous donne confiance, il vous aide à vous révéler, peut être même sentez vous son Amour. Vous savez de qui je parle, vous commencez déjà à lui donné un visage, voir même un nom ? Peut être en avez vous déjà rencontré au moins un comme cela dans votre parcours ?

Oui, il a pu vous aider à vous relever, à vous révéler, à vous épanouir, à vous développer, à ouvrir votre cœur, à vous sentir plus heureuse, à votre juste place et à vous réaliser. Oui, il a de l’amour pour vous, un si bel Amour ! Oui il est digne d’amour aussi et vous êtes unique à ces yeux. Oui vous le cherchez depuis vos souvenirs de petite fille à qui on racontait des histoires de princes charmants.

Alors s’il est honnête et véritablement désireux de votre bien être : il s’effacera devant la magie qu’il a contribué a révélé. Ce n’est pas lui qui est important dans cette révélation ; c’est vous ! Il a juste été le porteur, le dépositaire, le révélateur le temps d’un stage, d’une cérémonie, d’un soin. Il vous rend tout cela, pour que cela vous appartienne, et que vous ne soyez pas dépendante de lui. Il connaît trop les processus de projection (transfert positif) mis en lumière par la psychologie, pour s’y vautrer. Il vous rend immédiatement ce « pouvoir » que vous lui avez donné, pour vous permettre de continuer votre croissance, comme j’essaye de vous le rendre dans cet article.

Dans ce cas tout ce passe pour le mieux. Mais que ce passe t’il si une femme en chemin tombe sur un accompagnateur moins au fait de ces questions, ou avec moins d’éthique, et qui profite de la situation ?

Dans l’Incal (Scénario de Alexandro Jodorowsky), une déesse fait l’Amour avec John Difool parce qu’elle sent qu’il est comme elle ; porteur de divinité. Et puis elle est très déçue quand elle s’aperçoit qu’il n’est qu’un humain pour le moins quelconque, qui lui avait subtilisé l’Incal, et que c’est la présence de l’Incal en John Difool qui l’avait trompée à ce point. Elle comprend alors que ce qui l’a attirée chez John Difool, c’est cette part de divinité qu’il portait à ce moment là (l’Incal), et que la véritable gardienne de l’Incal, c’est elle (et pas lui!)

Si une femme en chemin tombe sur un accompagnateur moins au fait de ces questions, ou avec moins d’éthique et qui profite de la situation, c’est donc simple et c’est donc grave ; ils couchent ensemble.

Dans un premier temps, la femme se sent alors valorisée d’être ainsi l’élue. Ces pulsions et sa petite personnes peuvent être flattées. Mais à quel prix ! Etait-ce juste cela qu’elle était venu chercher auprès de cet accompagnateur ? Du plaisir ? La satisfaction de répondre à une pulsion ? La valorisation de coucher avec un homme de pouvoir ? N’avait elle pas plus à gagner en tant que femme, qu’humaine et en tant qu’esprit incarnée sur son chemin d’évolution ? Car c’est à l’étage du plaisir partagé que s’arrête alors le chemin d’évolution de cette femme avec ce pseudo accompagnateur. Elle ne pourra plus intégrer en elle ce quelle avait projeté sur cet « accompagnateur », ce qu’elle était venue chercher auprès de lui. C’est lui qui en reste le possesseur. Elle continue à dépendre de lui. Elle ne peut plus grandir. Elle régresse même bien souvent (revient au stade de la petite fille devant son papa qui a gardé le pouvoir).

Que la femme ai envie de faire l’amour avec cet homme est tout a fait normal, car il est porteur pour un temps de ce qu’elle cherche et qui l’attire depuis si longtemps. C’est presque une étape obligatoire.

Que lui, sachant cela, accepte ses avances (ou pire, lui en fasse) est destructeur . J’avais envie d’écrire « est criminel », au sens de tuer le processus de développement du Soi, de l’Âme qui est en jeu.

Celui qui aurait pu être un accompagnateur pour l’épanouissement de cette femme, à préféré choisir son plaisir personnel, plutôt que sa mission d’accompagnement. Il devient alors clairement un abuseur. Il abuse de son pouvoir, de sa place pour son plaisir à lui, plutôt que d’utiliser cette place, ce pouvoir, cette confiance, pour faire ce pour quoi il est payé, c’est à dire ; accompagner cette femme dans son évolution, dans sa libération. Il devient un charlatan, un imposteur, puisqu’il gagne la confiance de cette femme pour obtenir des avantages en nature ainsi que de l’argent, pour un service qu’il se refuse de rendre. Pire, pour un service qu’il n’est plus en mesure de rendre, puisqu’il vient de faire le contraire.

On m’a rapporté le regard circulaire d’un accompagnateur tantrique qui avant de commencer son atelier devant une grande assistance, principalement composé de femmes, cherche déjà celle qu’il mettra dans son lit le soir même. Comment cet accompagnateur sera t’il à 100 % au service des participants de l’atelier, si son attention et ses intentions se focalisent sur une belle à séduire ?

Je connais une autre personne que je n’arrive plus a qualifier « d’accompagnateur tantrique », car dans le milieu, d’autres animateurs le surnomment « bite sur pattes ». Je connaissais son surnom, quand j’ai reçu un appel désespéré d’une femme effondrée, abusée, me demandant si moi aussi je « suçais les seins de mes patientes pour un massage tantrique, et si je leur demandais de sucer mon sexe pour affirmer après coup, devant son refus, que c’était un test et qu’elle avait bien répondu » (sic !!!). Cette femme était déjà très fragile avant d’aller voir cet abuseur. Il le savait. Ce qu’elle m’a montré de leurs échanges par mails était de la pure manipulation sur une personne en état de faiblesse. J’ai proposé à cette femme de l’accompagner pour porter plainte, en plus de l’accompagner psychologiquement. Elle n’a pas voulu, elle n’a pas pu !

On m’a rapporté les dires d’un pseudo chaman qui demande à une de ses patientes de coucher avec lui pour que le soin soit efficace. A nouveau quelques temps après la femme veut porter plainte, mais ne le peut pas, devant la honte, et la manipulation, qui lui laisse croire qu’elle est responsable et consentante. Comme une enfant qui serait abusée par un père incestueux se sent responsable, voir se croit aguicheuse si l’abuseur a bien su la manipuler.

Entendons nous bien, à aucun moment je ne me place du point de vue de la morale. Je laisse chacun libre de mener sa sexualité comme bon lui semble, entre adultes consentants, et dans leur vie privée. Mais ici il s’agit de tout autre chose : de professionnel, et d’abus de position dominante sur personne en danger !

Je connais un abuseur qui annonce partout qu’après 15.000 ans de patriarcat, c’est enfin aux femmes de se libérer, de préparer l’ère du matriarcat. Quelle genre de femme en manque de reconnaissance vont elles être attirées par un tel discours émanant d’un homme ? En les flattant ainsi, il jouit de sa petite cours… comme le pire des patriarches !

Les exemples sont encore nombreux. Nul doute malheureusement que vous avez aussi les vôtres !

Si l’on sait qu’il est très difficile, voir impossible d’en parler, pour les femmes abusées, je me tourne vers les « professionnels », vers les accompagnateurs : Comment pouvons nous, maintenant que nous savons, ne pas être complice des abuseurs, si les femmes abusées ne veulent et ne peuvent porter plainte ? Je suis trop écœuré par les silences de l’église sur des cas de pédophilie avérée de la part de certains prêtres, pour rester silencieux a mon tour.

Nommer, délatter les abuseurs ? C’est les jeter à la vindicte populaire, sans preuve, sans possibilité de se défendre, sans jugement. C’est laisser la place aux ragots et aux réactions émotionnelles (souvenons nous de l’affaire d’Outreau et des ravages sur les accusés victimes de cette erreur judiciaire). Ce serait oublier que dans la justice tant que la preuve de la culpabilité n’a pas été faite, on est innocent. Ce serait oublier que toutes ne disent pas la vérité non plus, qu’à cause de l’affabulation, la médisance, ou les projections négatives de certaines, on risquerai de s’en prendre à des innocents aussi.

Je ne dis pas non plus que ces abus sont courants, mais ils existent !

Il y a sans doute proportionnellement la même quantité de chamans, de tantrikas, d’accompagnateurs en développement personnel, malhonnêtes ou incompétents que de banquiers, de garagistes, ou d’avocats malhonnêtes ou incompétents; C’est à dire très peu, mais ils existent !

Cependant là où dans d’autres métiers l’escroc prend de l’argent, et abuse de la faiblesse ou de la crédulité pour son plaisir, un psy ou un thérapeute escroc détruit profondément la personne, un accompagnateur tantrique ou un chaman escroc, vient bloquer le processus de réalisation du Soi, de l’Être, de l’Âme.

Ce n’est pas un hasard si la loi française, dans le cas d’un viol, prévoit jusqu’à 5 ans de réclusion criminelle supplémentaire lorsqu’il est commis par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions. (article 222.24.5)

Alors que faire ?

Je ne sais pas si vous connaissez Le syndrome de Stockholm : phénomène psychologique où des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers développent une empathie, voire peuvent devenir amoureux de ces derniers. Ce qu’il y a d’étonnant dans ce syndrôme, c’est que il semble que pour les personnes qui connaissent l’existence de ce syndrome (donc comme vous et moi maintenant), le syndrome ne fonctionne plus ! Le bon sens populaire nous dis que une personne avertie en vaut deux.

Alors que faire ?

Pour ma part, je commence par un simple article, pour l’instant, pour rendre plus de femmes conscientes de ce risque sur leur propre chemin d’épanouissement, plus de chamans et d’accompagnateurs attentifs.

Ensuite ? Je suis à votre écoute….

Eric Sunfox Marchal
http://les-forges-de-sylva.info/
www.eric-marchal.com