Mon initiation « sexuelle » chez les chamans et autres gurus

Mon initiation « sexuelle » chez les chamans et autres gurus

(clin d’oeil au titre de Corine Sombrun « Mon initiation chez les chamanes »)

Je suis un homme de pouvoir !

Où plutôt, devrais je dire ; je suis un homme dont les fonctions me donne un certain pouvoir.

Sans aller jusqu’au charisme et au sex-appeal d’une rock star, d’un politique ou d’un footballeur, ma position d’accompagnateur (en chamanisme, tantra, yoga et hypnose) peut me donner une mise en lumière et une position valorisante auprès de certaines femmes.

Alors pourquoi cet article ?

Non pour me vanter, mais pour m’adresser à vous : femmes en recherche, en chemin, pratiquantes de développement personnel, chercheuses de bien être, femmes en quête spirituelle, découvreuses de nouveaux mondes, défricheuses et accoucheuses d’avenirs meilleurs pour vous et les autres…

Cet article, simplement, pour vous rappeler que vous n’allez pas manquer de me trouver sur votre chemin. Moi, ou un plus grand, un plus beau, un plus génial que moi. C’est sûr, cela fait partie du processus !

Cet homme dont je vous parle, vous le rencontrerez (si ce n’est déjà fait) dans un atelier, un stage, une cérémonie, un soin, ou un voyage. Son expérience et sa fonction font qu’il a quelques pas d’avance sur vous sur « la voie ». Il vous fait du bien, il vous apprend, il vous donne confiance, il vous aide à vous révéler, peut être même sentez vous son Amour. Vous savez de qui je parle, vous commencez déjà à lui donné un visage, voir même un nom ? Peut être en avez vous déjà rencontré au moins un comme cela dans votre parcours ?

Oui, il a pu vous aider à vous relever, à vous révéler, à vous épanouir, à vous développer, à ouvrir votre cœur, à vous sentir plus heureuse, à votre juste place et à vous réaliser. Oui, il a de l’amour pour vous, un si bel Amour ! Oui il est digne d’amour aussi et vous êtes unique à ces yeux. Oui vous le cherchez depuis vos souvenirs de petite fille à qui on racontait des histoires de princes charmants.

Alors s’il est honnête et véritablement désireux de votre bien être : il s’effacera devant la magie qu’il a contribué a révélé. Ce n’est pas lui qui est important dans cette révélation ; c’est vous ! Il a juste été le porteur, le dépositaire, le révélateur le temps d’un stage, d’une cérémonie, d’un soin. Il vous rend tout cela, pour que cela vous appartienne, et que vous ne soyez pas dépendante de lui. Il connaît trop les processus de projection (transfert positif) mis en lumière par la psychologie, pour s’y vautrer. Il vous rend immédiatement ce « pouvoir » que vous lui avez donné, pour vous permettre de continuer votre croissance, comme j’essaye de vous le rendre dans cet article.

Dans ce cas tout ce passe pour le mieux. Mais que ce passe t’il si une femme en chemin tombe sur un accompagnateur moins au fait de ces questions, ou avec moins d’éthique, et qui profite de la situation ?

Dans l’Incal (Scénario de Alexandro Jodorowsky), une déesse fait l’Amour avec John Difool parce qu’elle sent qu’il est comme elle ; porteur de divinité. Et puis elle est très déçue quand elle s’aperçoit qu’il n’est qu’un humain pour le moins quelconque, qui lui avait subtilisé l’Incal, et que c’est la présence de l’Incal en John Difool qui l’avait trompée à ce point. Elle comprend alors que ce qui l’a attirée chez John Difool, c’est cette part de divinité qu’il portait à ce moment là (l’Incal), et que la véritable gardienne de l’Incal, c’est elle (et pas lui!)

Si une femme en chemin tombe sur un accompagnateur moins au fait de ces questions, ou avec moins d’éthique et qui profite de la situation, c’est donc simple et c’est donc grave ; ils couchent ensemble.

Dans un premier temps, la femme se sent alors valorisée d’être ainsi l’élue. Ces pulsions et sa petite personnes peuvent être flattées. Mais à quel prix ! Etait-ce juste cela qu’elle était venu chercher auprès de cet accompagnateur ? Du plaisir ? La satisfaction de répondre à une pulsion ? La valorisation de coucher avec un homme de pouvoir ? N’avait elle pas plus à gagner en tant que femme, qu’humaine et en tant qu’esprit incarnée sur son chemin d’évolution ? Car c’est à l’étage du plaisir partagé que s’arrête alors le chemin d’évolution de cette femme avec ce pseudo accompagnateur. Elle ne pourra plus intégrer en elle ce quelle avait projeté sur cet « accompagnateur », ce qu’elle était venue chercher auprès de lui. C’est lui qui en reste le possesseur. Elle continue à dépendre de lui. Elle ne peut plus grandir. Elle régresse même bien souvent (revient au stade de la petite fille devant son papa qui a gardé le pouvoir).

Que la femme ai envie de faire l’amour avec cet homme est tout a fait normal, car il est porteur pour un temps de ce qu’elle cherche et qui l’attire depuis si longtemps. C’est presque une étape obligatoire.

Que lui, sachant cela, accepte ses avances (ou pire, lui en fasse) est destructeur . J’avais envie d’écrire « est criminel », au sens de tuer le processus de développement du Soi, de l’Âme qui est en jeu.

Celui qui aurait pu être un accompagnateur pour l’épanouissement de cette femme, à préféré choisir son plaisir personnel, plutôt que sa mission d’accompagnement. Il devient alors clairement un abuseur. Il abuse de son pouvoir, de sa place pour son plaisir à lui, plutôt que d’utiliser cette place, ce pouvoir, cette confiance, pour faire ce pour quoi il est payé, c’est à dire ; accompagner cette femme dans son évolution, dans sa libération. Il devient un charlatan, un imposteur, puisqu’il gagne la confiance de cette femme pour obtenir des avantages en nature ainsi que de l’argent, pour un service qu’il se refuse de rendre. Pire, pour un service qu’il n’est plus en mesure de rendre, puisqu’il vient de faire le contraire.

On m’a rapporté le regard circulaire d’un accompagnateur tantrique qui avant de commencer son atelier devant une grande assistance, principalement composé de femmes, cherche déjà celle qu’il mettra dans son lit le soir même. Comment cet accompagnateur sera t’il à 100 % au service des participants de l’atelier, si son attention et ses intentions se focalisent sur une belle à séduire ?

Je connais une autre personne que je n’arrive plus a qualifier « d’accompagnateur tantrique », car dans le milieu, d’autres animateurs le surnomment « bite sur pattes ». Je connaissais son surnom, quand j’ai reçu un appel désespéré d’une femme effondrée, abusée, me demandant si moi aussi je « suçais les seins de mes patientes pour un massage tantrique, et si je leur demandais de sucer mon sexe pour affirmer après coup, devant son refus, que c’était un test et qu’elle avait bien répondu » (sic !!!). Cette femme était déjà très fragile avant d’aller voir cet abuseur. Il le savait. Ce qu’elle m’a montré de leurs échanges par mails était de la pure manipulation sur une personne en état de faiblesse. J’ai proposé à cette femme de l’accompagner pour porter plainte, en plus de l’accompagner psychologiquement. Elle n’a pas voulu, elle n’a pas pu !

On m’a rapporté les dires d’un pseudo chaman qui demande à une de ses patientes de coucher avec lui pour que le soin soit efficace. A nouveau quelques temps après la femme veut porter plainte, mais ne le peut pas, devant la honte, et la manipulation, qui lui laisse croire qu’elle est responsable et consentante. Comme une enfant qui serait abusée par un père incestueux se sent responsable, voir se croit aguicheuse si l’abuseur a bien su la manipuler.

Entendons nous bien, à aucun moment je ne me place du point de vue de la morale. Je laisse chacun libre de mener sa sexualité comme bon lui semble, entre adultes consentants, et dans leur vie privée. Mais ici il s’agit de tout autre chose : de professionnel, et d’abus de position dominante sur personne en danger !

Je connais un abuseur qui annonce partout qu’après 15.000 ans de patriarcat, c’est enfin aux femmes de se libérer, de préparer l’ère du matriarcat. Quelle genre de femme en manque de reconnaissance vont elles être attirées par un tel discours émanant d’un homme ? En les flattant ainsi, il jouit de sa petite cours… comme le pire des patriarches !

Les exemples sont encore nombreux. Nul doute malheureusement que vous avez aussi les vôtres !

Si l’on sait qu’il est très difficile, voir impossible d’en parler, pour les femmes abusées, je me tourne vers les « professionnels », vers les accompagnateurs : Comment pouvons nous, maintenant que nous savons, ne pas être complice des abuseurs, si les femmes abusées ne veulent et ne peuvent porter plainte ? Je suis trop écœuré par les silences de l’église sur des cas de pédophilie avérée de la part de certains prêtres, pour rester silencieux a mon tour.

Nommer, délatter les abuseurs ? C’est les jeter à la vindicte populaire, sans preuve, sans possibilité de se défendre, sans jugement. C’est laisser la place aux ragots et aux réactions émotionnelles (souvenons nous de l’affaire d’Outreau et des ravages sur les accusés victimes de cette erreur judiciaire). Ce serait oublier que dans la justice tant que la preuve de la culpabilité n’a pas été faite, on est innocent. Ce serait oublier que toutes ne disent pas la vérité non plus, qu’à cause de l’affabulation, la médisance, ou les projections négatives de certaines, on risquerai de s’en prendre à des innocents aussi.

Je ne dis pas non plus que ces abus sont courants, mais ils existent !

Il y a sans doute proportionnellement la même quantité de chamans, de tantrikas, d’accompagnateurs en développement personnel, malhonnêtes ou incompétents que de banquiers, de garagistes, ou d’avocats malhonnêtes ou incompétents; C’est à dire très peu, mais ils existent !

Cependant là où dans d’autres métiers l’escroc prend de l’argent, et abuse de la faiblesse ou de la crédulité pour son plaisir, un psy ou un thérapeute escroc détruit profondément la personne, un accompagnateur tantrique ou un chaman escroc, vient bloquer le processus de réalisation du Soi, de l’Être, de l’Âme.

Ce n’est pas un hasard si la loi française, dans le cas d’un viol, prévoit jusqu’à 5 ans de réclusion criminelle supplémentaire lorsqu’il est commis par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions. (article 222.24.5)

Alors que faire ?

Je ne sais pas si vous connaissez Le syndrome de Stockholm : phénomène psychologique où des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers développent une empathie, voire peuvent devenir amoureux de ces derniers. Ce qu’il y a d’étonnant dans ce syndrôme, c’est que il semble que pour les personnes qui connaissent l’existence de ce syndrome (donc comme vous et moi maintenant), le syndrome ne fonctionne plus ! Le bon sens populaire nous dis que une personne avertie en vaut deux.

Alors que faire ?

Pour ma part, je commence par un simple article, pour l’instant, pour rendre plus de femmes conscientes de ce risque sur leur propre chemin d’épanouissement, plus de chamans et d’accompagnateurs attentifs.

Ensuite ? Je suis à votre écoute….

Eric Sunfox Marchal
http://les-forges-de-sylva.info/
www.eric-marchal.com

9 réflexions au sujet de « Mon initiation « sexuelle » chez les chamans et autres gurus »

  1. BOUGEAREL

    Article bien écrit mais exprime clairement le point de vue soutenu.

    La vigilance vis à vis de tels « abus » est nécessaire et doit être sans complaisance.

    S’l me fallait une fois de plus me faire l’avocat du Diable, je dirais que le seul témoignage d’une personne sous emprise n’est pas suffisant pour tirer des conclusions définitives ; la part de fantasmes , voire d’illusion est parfois difficile à déterminer. La multiplicité des témoignages émanant de personnes différentes est un signe non négligeable qui porte à croire que l’on est bien en face d’une dérive.

    PS : J’ajouterai, sur le fond, qu’ une authentique histoire d’amour durable peut se déclarer entre deux êtres dont l’un est, en situation d’autorité… Mais ça c’est, à mon sens, une toute autre histoire…

    Répondre
  2. Sat Prem

    Merci Éric.
    Il semblerait qu’en terme de pouvoir et de manipulation les femmes sont comme les hommes.
    Nous avons tou(te)s frères et sœurs à apprendre par l’expérience intime les jeux qui en résultent, et à contempler encore et toujours notre position sur ce point.
    J’entend ce que tu dis là, et le positionnement de Coeur au service d’un éveil des consciences.
    Et je te remercie d’offrir ta parole et ta vision là-dessus.
    Si souvent des situations comme celles dont tu témoignes ont lieu, elles sont le fruit de l’Ignorance, d’un côté comme de l’autre.
    Seule la Véritable initiation du Coeur enseigne l’action juste et semble t-il, c’est ce qu’il y a à transmettre pour éveiller l’Amour.
    Et même si l’on pense que certains êtres délibérément ( et non en toute Conscience) profitent de leur pouvoir, et qu’il s’agit de la part d’ombre qui agit, alors cette part est aussi contenue dans l’Amour et dans la cohérence globale du Jeu de l’élévation.
    Oui mais concrètement que faire puisque c’est ton invitation…?
    Continuer de faire grandir en Soi l’Amour et la Compassion pour toutes et tous où que chacun en soi( chacun en Soi), continuer d’exprimer, de partager, de goûter ce Présent que nous sommes.
    Ou dit autrement, regarder chacun dans son Coeur et agir selon ce qu’il/elle y découvre.
    De tout Coeur.
    Merci.
    Sat Prem

    Répondre
  3. rougejaunebleu

    une femme peut aussi choisir d’avoir du plaisir avec un homme de vertu. la vertu s’oppose au pouvoir. en principe, la voie est donc claire. vertu ou pouvoir. la sincérité est plus forte que la pierre. une femme peut aussi choisir d’être fascinée par des Etres de Grâce (hommes ou femmes, vieux ou jeunes, avec un statut prestigieux ou aucun statut), ou par une part de Grâce chez un Etre proche (le Prince). Et quand la vie lui offre ces rencontres, (un prof d’école par exemple, un voisin, le père d’une amie, un grand-père, … bref tout ce qui donne un repère……….) et donc si elle fait ces rencontres et si ces Etres sont « accessibles », s’ils sont « ouverts » « larges » « bienveillants », alors le femme peut choisir de les mettre dans son coeur. et de nourir son ame avec leur parcours, leur expérience, leur sagesse. c’est précieux. parfois étrange. et ça ne veut pas dire qu’elle est sous leur emprise…….. juste sous leur influence du latin COULER DEDANS. les mondes du sexe et de la spiritualité sont parfois réunis

    Répondre
  4. Sandrine

    Que dire des femmes qui n attirent pas les hommes et qui, de ce fait, ne peuvent avoir de vie sexuelle ? Les femmes rondes, par exemple .

    Répondre
  5. Alpaquera

    Heureuse de lire ce texte que je n’attribue pas spécialement au gourou mais a tout homme qui se dit homme de pouvoir (bien plus nombreux que le nombre de gourou sur terre) a l’égard du féminin.L’oréole du gourou et son baton de pouvoir ne rajoute dans ce contexte qu’une force sournoise au pouvoir de séduction sur l’autre malheureusement….

    Répondre
  6. Cavernes

    Il y a quand même les causes de souffrance non évoquée ici désir rejet ignorance. Le rejet doit être ici à la hauteur du désir provoqué, pour le non initié. L ignorance avec le pas nuire des yama ni yama non respecté base du raja yoga. Tout cela doit être pratiqué entre initiés et cela est difficile comme voie. Car on apprend dans là vrai vie avec tous ces écueils, les enseignements sont ici maintenant à chaque instant. Bienveillance et gentillesse avec soi et les autres permettent d avancer. Merci de m avoir permis d exprimé mon parcours. OM Shanti Om

    Répondre
  7. Rémi

    Merci pour ce texte qui expose clairement les risques et alimente ma réflexion…

    J’ai peu d’expérience en tantra, et j’avoue qu’il me semble que ce soit un terrain glissant favorisant les relations abusives entre maitre(sse) et élève. Une solution est peut-être de ne pas participer à de telles activités seul(e), et donc d’y aller en couple…

    Ceci dit, je connais une femme qui, participant à un festival de tantrisme avec son mari, a reçu discrètement comme conseil d’une animatrice d’atelier de « prendre un amant tantrique »… Mais bon, c’était un cas particulier (je crois que cette animatrice n’a pas été réinvitée par les organisateurs l’année suivante!), et j’ai rencontré quelques enseignants en tantra très clairs et très éthiques…

    Mais je voudrais revenir sur le sujet du chamanisme. Je propose des soins depuis peu, et j’ai conscience que dans cette position une femme peut éventuellement développer envers moi une admiration ou un sentiment amoureux.

    Je crois qu’il est du devoir d’un homme engagé dans un couple (ce qui est mon cas) d’éviter au plus tôt cette situation. Parce que, même sans vouloir en abuser, laisser se développer un espoir chez l’autre, espoir qui sera forcément déçu, c’est nuire à cette personne. Il me suffit souvent d’évoquer ma compagne (les soins qu’elle propose, ou toute autre anecdote en rapport avec la conversation) pour affirmer clairement ma position d’homme non disponible…

    Une jeune femme m’a abordé récemment, elle avait vu ma publicité, et c’est montrée très intéressée… Elle devait me recontacter, des semaines ont passé, sans aucune nouvelle… En fin de conversation, j’avais parlé de ma compagne!

    Rémi http://www.un-chaman-en-auxois.fr

    Répondre
  8. Laugan

    Bonjour à tous,

    cet article est très courageux et il met au devant de la scène un archétype vécu par beaucoup. Pour ma part, dans un culte chamanique, je n’ai plus de libido tellement l’amour fraternel et universel envahie mon esprit. Par contre on ne peut empêcher un homme et une femme de se plaire mais il y a un temps pour tout.

    Je voudrais aussi ajouter que les choses ne sont ni toutes noires ni toutes blanches et que « Lilith » traine parfois ses savates dans les cultes et cérémonies chamaniques (au sens large) à la recherche du pouvoir qu’elle amassera en séduisant l’homme à l’aura la plus forte. C’est un archétype, on ne peut y échapper.

    Méfier vous de Lilith, elle claque des doigts et t’observe au paroxisme de la trance, elle te chassera comme un pokemon go ! …un peu d’humour pour dire la même chose.

    milles soleils dans vos coeurs

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

anti-spam : trouvez le chiffre qui complete l'opération suivante *
Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.