ÉPIDÉMIE de DANSE (tarentelle et Transe) avec Eric Sunfox Marchal et Marie Motais

Marie MOTAIS et Eric Sunfox MARCHAL
vous invitent à partager une grande et folle :

ÉPIDÉMIE de DANSE
Choré-Manie-Dansante

Retrouver toutes les initiatives,  faites vos propositions de rendez-vous pour danser, postez vos vidéos et toutes les infos sur la Grande Danse du 12 Juin d’ ÉPIDÉMIE DE DANSE sur :
http://www.facebook.com/epidemiededanse

Retrouver les autres propositions de Marie MOTAIS
www.allunadanse.com

Retrouver les autres propositions de Eric Sunfox Machal
www.les-forges-de-sylva.info, savitur-tantra.fr, www.eric-marchal.com


RÉSUME DE L’ ÉPIDÉMIE DE DANSE:

1) apprenez les 3 pas de Danse super facile (vidéo à 9m10s)
2) Dansez comme des fous, entraîner vous chez vous, où vous voulez… c’est trop bon (clip à 12m50s)
3) Dansez dans la rue, événements spontanés a créer, à rejoindre à partager (lien Facebook)
4) grande Danse de la St Guy (Épidémie de danse, de transe, de tarentelle) partout le 12 juin à 19h


Remerciements à tous les premiers contaminés qui ont filmé, et nous ont fait parvenir, leurs premières crises de danses de confinés (en attendant que ça empire )

Par ordre de réception des vidéos :
Corinne Defranoux, Elise LeDû-Motais, Bréanne et Moïra, Santiago Sempere, Sophie Carles, Mya et Christelle Feuvrier, Claire Lavaur,sa famille et les voisins, Ayden, Avydan et Lysa, Nina et patrick Buret et l’équipe de l’écolieu Aérium de Peyraube, Basile et Capucine, Sylvain Legrand et Marion Lepennec

Musique : avec nos remerciements
Ludovico Einaudi – TARANTA PROJECT
https://www.youtube.com/watch?v=jtswRJcVI1E


Bienvenu.e.s !

Eric  : Je suis heureux d’être avec mon amie Marie Motais  (Danseuse, Chorégraphe, créatrice de la compagnie citoyenne alluna,  passionnée par l’accompagnement des personnes à travers des rituels contemporains donnant sens à notre vie) : https://www.allunadanse.com/

Marie : et mon ami Eric Marchal (Chaman, Spécialiste des Transes, Tantrika, explorateur de la conscience) : https://www.eric-marchal.com/

•          d’où on parle :
Depuis 30 ans tous les 2, nous vivons, et accompagnons d’autres personnes à travers différentes formes de danses, de transes, de partages collectifs, dans la joie, l’explosion de la vie, le partage, la bienveillance et la prise de soin collective …

•          Invitation :
En ces temps de confinement nous avons à coeur de partager avec vous un magnifique projet à vivre, et auquel nous vous invitons à prendre part…

C’est une proposition dansée très concrète, très simple à apprendre et danser d’ores et déjà ensemble, soit chacun chez soi, en famille, à distance, avec les amis … et à la fin du confinement, et peut-être même lors d’une grande journée générale d’Epidémie de Danse nous pourrons tous aller danser partout où le cœur nous/vous dira de se retrouver …car la joie et le bonheur aussi sont contagieux C’est donc à cette grande épidémie de danse que nous vous convions et nous espérons qu’elle sera excessivement contagieuse !

•        Au sujet de la tarentelle :

Cette Epidémie de Danse que nous souhaitons propager, se passe autour de La Tarantelle. Autour de cette danse du sud de l’Italie. Bien sur ce sera une tarentelle simplifiée afin que tous puisse la danser facilement …

Cette danse folle de transe, cette danse exutoire, cathartique… est traditionnellement une danse qui se partage pour une guérison, c’est prise de soin collective de l’autre, des autres …. Elle se danse encore ainsi aujourd’hui et est également devenue une danse de joie, d’exaltation, de communion avec soi-même, avec les autres et avec ce qui nous dépasse…Elle fait partie de toutes ces danses traditionnelles d’appartenance « qui font sens » …Nous les retrouvons à travers tous ces « grands bals » qui refleurissent un peu partout en France depuis plusieurs années, et aussi bien évidemment à travers les FestNoz en Bretagne ou sont encore dansées toutes les danses de cercle … une en particulier , le jabadao , est bien connue pour être une danse de transe …

•            Maintenant (lien avec la pandémie, le confinement, la fin du confinement) :
C’est d’autant plus important maintenant
Alors en ces temps de pandémie, de confinement, où les forces du printemps, de la vie, de la joie, de la danse, de la transe et du partage ne demandent pas mieux que de se frayer un chemin jusqu’à nous, nous vous convions à répandre avec nous cette « Epidémie de Danse »

 C’est une invitation en 4 étapes :

1.    Apprendre chacun les 4 pas de base de la « Tarentelle ». Quatre pas de base très facile à apprendre. C’est aussi un jeu à faire en famille, avec des enfants turbulents qui ne demanderont pas mieux que de s’agiter de la sorte, tout-en-pleins qu’ils sont de cette belle énergie de vie radieuse, sautillante et non sérieuse. Pour cela nous vous présentons une vidéo très simple et très didactique.

2.    Répéter alors ces 4 pas de base de la Tarentelle, chacun chez soi, dans son espace confiné, jour après jour. Jouer avec ces quelques pas, devenir à l’aise avec eux, les répéter encore jusqu’à plus soif, jusqu’à la lie, jusqu’à ce que quelque chose de beau, de bon, de grand, d’enjoué, d’allègre puisse se produire dans la transe… Quelle belle énergie à vivre aussi dans ce confinement !

Pour cela nous vous invitons à danser par exemple au son des concerts de Antonio Infantino : https://www.youtube.com/watch?v=4PlCC7ibu9k
ou de Ludovico Einaudi : https://www.youtube.com/watch?v=JPoqCCezn0g

Ceux qui sont habitués à répéter des mantras (Japa-Mantra) savent que la plus puissante des répétitions est celle qui continue toute seule « dans la tête » quand on arrête (A-Japa-Japa-Mantra). De là à inventer le terme de « A-Taranta-Tarentella », il n’y a qu’un pas que je franchis allégrement tant cette répétition est euphorisante et donne une énergie qui nous porte encore longtemps après la danse.

4. Et puis Danser tous ensemble dans les rues :
. A partir du début du « déconfinement » …
Envoyez nous vos vidéos d’ « épidémie de danses » folles et joyeuses, de Tarentelles débridées et euphoriques, que nous compilerons et partagerons …très important filmez vous en format « paysage » ! :
(http://www.facebook.com/epidemiededanse)

Une fois libérés du confinement :
L’intention est d’utiliser cette danse pour fêter la joie de sortir « enfin » de chez nous ! comme les «regroupements familiaux/amicaux « sont autorisés jusque 10 personnes …. Vous pouvez vous filmer où bon vous semble … invitez des amis en mode flashmob à une certaine heure sur une place et vous dansez ! dans un grand partage, dans la joie des retrouvailles ; exulter ensemble dans de joyeuses, insensées et prodigieuses farandoles de Tarentelles dans nos rues.

Juste pour se lacher … une petite transe dans les rues , avec les « gestes barrière » mais au moins avec la joie de danser DEHORS et surtout ENSEMBLE !

et vous vous filmez et vous nous envoyez la vidéo !
Et si le dé-confinement le permet nous allons organiser une grande journée nationale , le Vendredi 12 juin,à 19h (Jour de la Saint-Guy, pour le clin d’œil…) … afin de danser TOUS ENSEMBLE , à la même heure partout !nous reviendrons vers vous pour cet événement !

—– quelques mots sur les épidémies de danses (extatique) —–

Nous voila confinés depuis belle lurette. Au mieux, ce temps nous a permis de tourner le regard vers l’intérieur, vers l’introspection, la contemplation, le yoga, la lecture, l’écriture, la méditation… Certains, avec cette halte forcée dans la course du quotidien, trouverons révélations, changement de paradigme, et en profiterons pour prendre de nouvelles orientations.

Les Mystiques de tous temps savent que ces chemins d’intériorisation et d’exploration des mondes intérieurs, ces traversées du désert, ces retraites sur la montagne et dans les grottes, peuvent conduire à l’Enstase (pour reprendre le mot cher à Mirce Eliade). Les pères du désert, les moines Zen, les Lakotas en quête de vision et autres méditants-renonçants en attestent. Quoiqu’il en soit, belle voie possible que ce regard tourné vers l’intérieur.

Pour d’autres, ce tête-à-tête avec soi-même, n’est qu’une errance lente et sans but, où l’on ne croise qu’ennuis et déprimes, … ou pire : occupation, « entertainment », consommation boulimique de nourriture, de médias ou d’épanchements communicationnels.

Dans tous les cas, il est aussi un autre chemin possible, sur des sentiers moins fréquentés !

Avez-vous entendu parler de « l’Épidémie dansante » de 1518 à Strasbourg ? C’est après une épidémie de peste et de malheurs que Frau Troffea se mit à danser avec ferveur dans une rue de Strasbourg pendant six jours. En une semaine, 34 autres personnes s’étaient mises à danser avec elle et, en un mois, elles furent aux alentours de 400 (voir Source Wikipedia). C’est un des épisodes des épidémies de « danses de Saint-Guy » qui émaillent tout le moyen-age. Ces furies de transes et d’hystéries collectives se retrouvent de tous temps, en toutes cultures et n’ont pas toujours étés vue avec le jugement qui est le notre aujourd’hui.

Et si, il y avait un lien, entre l’épidémie de Strasbourg, le Ramaninjana de 1863 à Madagascar, les convulsions du cimetière Saint-Médard, la danse du soleil des Sioux Lakota, les danses tournantes des derviches, les transes chamaniques, et l’appel de certains jeunes pour les raves parties …

Et si, à coté d’un Apollon de la raison solaire, on honorait aussi un dieu comme Dyonisos-Baccus, lui et ses accompagnatrices, les ménades, en de folles Bacchanales et carnavals d’avant le folklore policé…

On pourrait alors reconnaître la force de la Transe pour se relier, s’harmoniser avec une autre forme d’ordre naturel, puissante source de vie jaillissante, qu’on l’appelle « Fougue », « Chaos », « Frénésie », « Bio-Énergie », « Enthousiasme », « Orgone », « Feu », « Kundalini », « Exaltation », « Libido », « Tempête », « Allégresse », « Bouleversement », etc …

Nietzsche pourrait y trouver un Dieu auquel croire puisqu’il saurait danser, tel un Shiva-Nataraj Danseur Cosmique de l’Inde. On pourrait reconnaître que le chemin de guérison, de révélation, peut aussi être tourner vers l’extérieur, pour sortir de soi-même, vers l’Extase. Enstase et Extase n’étant alors que les deux faces possibles d’un même « Ravissement ».

Tout près de nous, ces Danses-Transes-Thérapeutiques collectives étaient encore très vivaces il y a peu, en Italie, pays particulièrement touché par le Covid-19 et le confinement. On dit qu’à l’origine la personne mordue par l’araignée Tarentule s’agitait frénétiquement et, que la danse de la « Tarentelle », jusqu’à épuisement, en était le traitement privilégié. Les musiciens et tout le village étaient alors appelés en soutient dans cette danse folle et salvatrice. Qui mieux que Pina Baush pour nous avertir : « Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus !« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

anti-spam : trouvez le chiffre qui complete l'opération suivante * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.